Martine Paquet Blog

La programmation visuelle pour accroitre l'engagement des élèves - Deuxième partie

Voici maintenant la deuxième section de mon blog qui relate un peu ce qui se passe dans notre province.  Des organismes et des partenaires importants qui croient eux aussi à l’importance de la programmation dans les écoles secondaires.   

Mais tout d’abord, j’aimerais revenir sur le fait qu’il y a une grosse différence entre “enseigner la programmation” et “développer la pensée informatique”. C’est en explorant quelques programmes informatiques que je me suis aperçue que certains d’entre eux, plus que d’autres, permettaient alors d’apprendre cette logique. L’idée ici n’est pas de former des “programmeurs”, mais plutôt des élèves ayant développer cette pensée informatique et la logique qui se cache derrière tout bon programme.  Alors, c’est pourquoi il n’est pas nécessaire de demander aux compagnies informatiques: “Hey, quels programmes pensez-vous devrions-nous enseigner à nos élèves? ou bien “De quoi avez-vous besoin dans l’industrie?” Parce que ces compagnies vous répondront qu’ils ont besoin de programmeurs et donc, des élèves qui savent programmer textuellement dans Java Script, Python, C ++ pour ne nommer que ceux-là.  

Mais tout ceci ne règle pas notre problème de perte d’intérêt en informatique et en plus, ne nous permet pas d'évoluer, car nous revenons à nos vieilles habitudes!   Il faut plutôt penser en dehors de la boite et se poser les questions suivantes: “Comment peut-on accroitre l’engouement des élèves pour la programmation informatique? Quels programmes sont susceptibles d’augmenter cet engagement, et de ce fait, augmenter évidemment le pourcentage de programmeurs? Donc, par exemple, si la programmation visuelle prend de plus en plus d’ampleur dans les niveaux de la 6e à la 12e année, n’avons nous pas plus de chances d’avoir des élèves susceptibles d’aller étudier en informatique et explorer d’autres langages par la suite? Parce que si nous continuons à vouloir enseigner les langages textuels en 6e année, eh bien, je crois que nous ne serons pas plus avancés et les élèves ne voudront rien savoir de la programmation. Je crois vraiment que nous devrions nous concentrer sur les “programmes visuels”, tels que mentionnés dans mon premier blog, afin de permettre de développer comme on dit en anglais le “computational thinking” et ainsi, susciter plus d’intérêt pour l’informatique dans les études post-secondaires.  Les compagnies se verront alors plus gagnantes!

Des histoires à succès dans notre province

Fort heureusement, les systèmes d’éducation reconnaissent de plus en en plus la possibilité de faire les choses différemment et sont conscients du problème. Ailleurs dans le monde, il suffit de regarder ce qui se passe au Royaume-Uni. L’année dernière, le Ministre de l'Éducation du Royaume-Uni a annoncé que l'ensemble du  programme de la maternelle à la 12e année sera révisé de sorte qu’ils puissent y inclure la programmation comme étant l’élément central d’apprentissage.

me chose pour l’Estonie qui a décidé d’implanter la programmation dans le curriculum dès la première année.  (Parmy Olson, Forbes Magazine, Sep 6, 2012. Cliquez ici.) En Estonie, ils ont compris la priorité d’enseigner la programmation en bas âge parce qu’ils sont conscients et veulent que les enfants développent des compétences essentielles afin d’être des chefs de file en matière d’opportunités d’emplois. “We want to change thinking that computers and programs are just things as they are. There is an opportunity to create something, and be a smart user of technology”, says Ave Lauringson.

 En Amérique du Nord , les groupes de bénévoles travaillent pour ancrer la programmation dans notre vision: toutes les célébrités de Code.org (Bill Gates, Mark Zuckerberg, Ashton Kutcher, etc.), le Massachusetts Institute of Technology, le maire de  New York Michael Bloomber, ainsi que le Président des États-Unis, Barack Obama, en ont fait leur priorité.

Ici au Nouveau-Brunswick, il y a des histoires à succès qu’il faudrait souligner. Premièrement, Agora Mobile, une entreprise de démarrage de Moncton, a créé Vizwik, un nouveau langage de programmation visuelle à l’intérieur d’un réseau social, qui va permettre aux jeunes de devenir des entrepreneurs en monétisant les applications dans le réseau. Vizwik est offert gratuitement pour tout le personnel enseignant et permet de créer des classes privées.  Agora Mobile a travaillé très fort en collaboration avec divers partenaires afin de rendre plus accessible la programmation.   Des groupes sans but lucratif, des entreprises et des organisations telles que Labos Créatifs, Ladies Learning Code, Science East, STEM East, Place aux compétences, Défi Entrepreneurship Jeunesse, La Fédération des Jeunes Francophones du NB, CompéTICA, Venn, Jeunes Entreprises, Innovatia, CCNB, Codekids.ca, Université de Moncton, et j’en passe, contribuent à aider les enseignants-es dans l’implantation des technologies en salle de classe.   Labos Créatifs a collaboré énormément dans l'événement de Code.org "Hour of Code" et aussi à créer toutes sortes de concours pour les élèves sur leur site.

Il ne faudrait pas aussi passer sous silence le Ministère de l’Éducation et de la petite enfance qui se penche aussi sur le sujet de l’heure.  Nous sommes donc dans une position de faire une avancée significative dans l’éducation de nos élèves, d’avoir un impact positif et économique sur notre population estudiantine et la communauté, ainsi que les entreprises assoiffées d’embaucher des jeunes talentueux en technologie, tout comme le spécifie dans son mandat M. le Premier Ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant.  

Cliquez ici pour voir les recommandations du Premier Ministre.  Dans ce plan, plusieurs choses ici qui m’intéressent grandement:

  • Renforcer les cours portant sur la science, les technologies, l’ingénierie et les mathématiques (STIM);
  • Encourager l’apprentissage précoce des technologies et de la programmation;
  • Améliorer l’orientation professionnelle pour aider nos jeunes à prendre des décisions éclairées sur les possibilités de carrières et les niveaux d’instruction requis;
  • Assurer que nos diplômés du secondaire possèdent les connaissances et les compétences nécessaires pour une meilleure transition vers les collèges ou les universités et pour favoriser leur réussite;
  • Faire correspondre notre formation postsecondaire aux secteurs existants et émergents qui vont contribuer à notre croissance économique et au progrès social;
  • Offrir la possibilité aux adultes d’élargir leurs connaissances tout au long de leurs carrières et d’obtenir du perfectionnement au besoin.

Des initiatives sont déjà mises en place ici au Nouveau-Brunswick et voici des histoires à succès qu’il faudrait souligner

Tout d’abord, j’aimerais mentionner des personnes qui ont été les toutes premières Championnes de Vizwik: Mesdames Annie Savoie, agente communautaire et culturelle, et Rachel Schofield, enseignante et responsable des cafétérias communautaires. Elle ont commencé à utiliser Vizwik avant même qu’il soit disponible sur le marché. Vizwik était en mode privé l’année dernière et certaines personnes ont eu la chance de recevoir une formation en Vizwik en juin dernier avant même sa sortie en septembre.  Annie et Rachel ont continué d’explorer le système et ont créé des applications fort intéressantes, dont un livre électonique, une application pour enregistrer les livres lus, un convertisseur et une application de Frozen. J'aimerais également mentionner l’heureux gagnant de la carte I-tune de 25$ tiré lors de mon webinaire du 18 février 2015, M. Marc Breau, enseignant d’informatique et société à l’école Clément-Cormier de Bouctouche.

Cliquez sur les liens suivants pour lire des articles et voir les vidéos sur youtube

1)Concours 2015 “Programmer, c’est pour tout le monde!”  Dans ce blog, je mentionne nos Top 5 profs finalistes du concours dont, Benjamin Kelly, Graham Rich, Marc Savoie, Marc Merhebi et Seth Richardson.  

2) Bill Gates et Ashton Kutcher vont s’entretenir avec des élèves du NB la semaine prochaine

3)Un Défi-App pour rehausser l’estime de soi

4)Élèves de 5e année de l’école Le Domaine Étudiant de Petit-Rocher

5)Élèves de 6e année La Croisée de Robertville

6)Entrevue avec Mme Johanne Couturier-Caron, enseignante de 6e année

7)Entrevue avec Mme Natalie Daigle-Roy, enseignante de 5e année

8)Entrevue and Annie et Caroline

9)L’histoire de Annie

10)Défi Entrepreneurship Jeunesse

11)Place aux Compétences et la Revue Impact 

12)Labos Créatifs

13)La Recharge et la Tournée de la Fédération des Jeunes Francophones du NB avec Vizwik (blog à venir)

 L’Angleterre effectue aussi le virage

En janvier dernier, je suis allée  à une conférence Bett 2015 à Londre en Angleterre où j’y ai rencontré bon nombres d’éducateurs, professeurs, enseignants-es, mentors, et j’en passe. Tous me disaient qu’ils étaient un peu dépassés par le fait que la programmation allait être incluse dans le curriculum.  J’étais sur place à titre de Consultante en Éducation pour assister Agora Mobile à présenter Vizwik et faire des démonstrations. Je suis une idole inconmensurable de Vizwik et la première enseignante francophone à l’avoir utilisé.  Je fus tout d’abord directrice en Éducation pour Agora Mobile, et ensuite, j’ai décidé de créer ma propre compagnie, car l’industrie du “EdTech Market” est en pleine croissance.  Pendant que je faisais des démos là-bas avec Vizwik, ils furent tous impressionnés et émerveillés de cette nouvelle technologie.  Ils semblaient dire que Vizwik allait apporter une grande solution pour le monde de l’Éducation. Parmi les raisons soulignées par les enseignants-es qui étaient à la conférence, Vizwik s’avère être un outil pouvant être utilisé à plusieurs niveaux, qui peut  s’intégrer très facilement dans toutes les matières scolaires, comparativement aux langages textuels.  

Des rapports et des données intéressantes sur les STEAM (Sciences, Ingénierie, Technologie, Art, Math)

(traduction de l’anglais par Martine Paquet)

Voici des données que j’ai puisées de ces organismes qui apportent aussi des informations des plus stimulantes. J’ai traduit quelques éléments de ces organismes et j’ai relevé les plus pertinentes dans le cadre de mon blog.  Donc, les écrits proviennent de ces deux organismes et j’ai traduit leur contenu.

ISTE: Nets for Students 2007

http://www.iste.org/standards/standards-for-students/nets-student-standards-2007

1. Créativité et innovation: Les élèves démontrent la pensée créative, construisent des connaissances et développent des produits innovants à l’aide des processus de la technologie.

2. Communication et collaboration: Les élèves utilisent les médias et les environnements numériques afin de communiquer et de collaborer, y compris à distance, afin de soutenir l'apprentissage individuel et contribuent à l'apprentissage des autres.

3. La maitrise de la recherche et de l’information:  Les élèves appliquent les outils numériques pour recueillir, évaluer et utiliser l'information.

4. La pensée critique, la résolution de problèmes et la prise de décisions: Les élèves utilisent leur esprit critique afin de planifier et de mener des recherches, de gérer des projets, de résoudre des problèmes afin de prendre des décisions éclairées en utilisant des outils et des ressources numériques adaptées.

5. Citoyenneté numérique:  Les élèves comprennent les problèmes humains, culturels et sociétaux liés à la technologie et la pratique du comportement légal et éthique.

6. Opérations des technologies et concepts: Les élèves démontrent une bonne compréhension des concepts de la technologie, des systèmes et des opérations.

STEM - Science, Technology, Engineering and Math  SPOTLIGHT ON SCIENCE LEARNING: The High Cost of Dropping Science and Math - Pour voir les rapports en entier: 

www.letstalkscience.ca/spotlight

http://www.letstalkscience.ca/images/LTS_Spotlight2013_Executive_Summary.pdf

Science, technologie , ingénierie et mathématiques (STIM ) sont les éléments essentiels à la qualité du bien-être économique du Canada et de la vie de ses citoyens. Nos élèves démontrent une forte capacité dans ces domaines lors des tests nationaux et internationaux.  Cependant, ce qui est déplorable, c’est que la plupart des élèves abandonnent leurs cours de mathématiques et de sciences dès que ces cours deviennent optionnels dans les classes de 11e et 12e année.   Cette décision nous est fatale.

Comme le souligne le rapport , 70% des postes de haut niveau au Canada exigent une certaine forme d' éducation STEM . Parallèlement, de nombreux métiers spécialisés connaissent une pénurie en raison des difficultés à combler leurs besoins. Malheureusement, la proportion d'élèves dans les domaines des STEM au niveau post- secondaire n’est pas assez élevée. Le Canada a besoin d’un supplément d’un million de travailleurs qualifiés d'ici 2020. Serons-nous prêts ?

Les avantages d’une population estudiantine instruite et qualifiée en STIM ne sont plus à prouver.  Le rapport disponible à www.letstalkscience.ca / spotlight révèle que les coûts individuels et collectifs du manque d’engagement des  élèves envers les mathématiques et les sciences dans les écoles secondaires sont très onéreux.  

“Les élèves et leurs parents ont besoin d'investir beaucoup plus de temps et d'efforts à comprendre où seront les opportunités d’emplois dans le futur”, explique Sarah Anson - Cartwright , directrice des politiques des compétences à la Chambre de commerce du Canada.

Les gens qui étudient dans les domaines des STIM peuvent gagner en moyenne 26% plus d'argent et sont moins susceptibles de subir une perte d'emploi.

Les études en STIM démontrent que le développement de ces habiletés peuvent susciter la créativité, la résolution de problèmes, la pensée critique et la capacité d’établir des liens. Abandonner les mathématiques, les sciences et la technologie peut être coûteux à long terme pour les étudiants en fonction de leur liberté économique et leurs possibilités d’emplois, mais toute la société peut finir par en souffrir.  

Comment pouvons-nous engager les jeunes dans l’apprentissage des STIM?

1 . Engager les élèves dans les STIM à partir d'un très jeune âge et rendre ces apprentissages amusants et pertinents.

2 . Promouvoir une éducation équilibrée en intégrant les STIM aux diverses matières enseignées.

3 . Supporter et former les enseignants afin de leur donner de meilleures ressources et du soutien de sorte à utiliser les nouvelles technologies afin de captiver davantage les élèves.  

4. Offrir un programme d’étude qui augmente l’apprentissage des STIM, permettant alors d’augmenter les habiletés essentielles que requièrent les carrières reliées aux domaines des STIM.

Autres articles intéressants sur la programmation en salle de classe, recherches en programmation et bien d’autres: